Communauté de paroisse du Mont, des Ponts et des Fontaines




Lectures du jour (sur PrionsEnEglise) : cliquez ici.
Lectures du jour (sur aelf.org) : cliquez ici.
Lesctures du jour (sur Eglise catholique en France) : cliquez ici.
Le(la) saint(e) du jour (sur nominis.cef.fr) : cliquez ici





 


Archiprêtré de
Metz Devant-les-Ponts
Plan du site Retour à la page d'accueil
[avec cadre][sans cadre]


Diaconia 2013

Le recueil "Diaconia 2013 - Terre solidaire, servons la fraternité" présente différentes associations de solidarités.

Il est disponible au presbytère de la communauté des ponts.

BrochureBrochure


Préface :

Tout à une histoire ! Et toute histoire ne se répète jamais, même si d’une histoire à l’autre on y retrouve des similitudes. Toutes les passions, tous les amours humains pourraient trouver dans une histoire vécue à une époque passée, une continuité dans des ruptures nécessaires et parfois douloureuses mais non sans un avenir déjà présent que l’on n’a pas vu venir au temps fixé parce qu’il n’était rien d’autre que l’Amour sauveur de Dieu. Qui pouvait imaginer que le mot « solidarité » allait prendre une telle importance dans l’Eglise de la Charité ? Le mot le plus fort, ‘Charité’, a besoin d’être compris par des actes qui mènent à lui pour lui reconnaître d’être l’action la plus haute et la plus vraie. La solidarité est faite d’actes qui mènent à devenir fraternel par le lien humain qui dit à l’autre : « Je t’aime comme tu es et pourtant je te ressemble dans le bien comme dans le mal. » La solidarité épouse alors la relation fraternelle et peut la mener à la Charité qui ne trompe personne sur l’Amour divin. Les actes qui montrent l’amour à travers d’authentiques solidarités fondent des histoires uniques dans l’histoire des hommes et elles commencent souvent par la rencontre d’une personne singulière menant à vivre une histoire vers la plus belle des universalités, après avoir supporté souvent : échec, rejet, refus, obstruction vile et perverse, intention machiavélique aux pièges tendus les plus subtils pour faire tomber. Mais on ne fait pas tomber l’amour, c’est l’amour qui relève et fait vivre. Il ne déleste personne, il vient au secours du spolié.
Service du frère L’amour, croit tout… et s’il n’y a pas la solidarité à la personne qu’il faut croire, on ne croit rien. L’amour espère tout… et s’il n’y a pas la solidarité pour créer l’avenir, on n’espère rien. L’amour endure tout…et s’il n’y a pas la solidarité pour marcher avec la foi en l’incroyable, on ne fait que faire souffrir. L’amour supporte tout… et s’il n’y a pas de solidarité dans la peine, l’épreuve et le temps qui dure …on ne fait que laisser l’autre mourir sans fin.
Le Pape Jean-Paul II Après Jean XXIII et le Concile Vatican II fut, pourrait-on dire, l’Hérault de la Solidarité. L’Eglise de la charité appelait l’homme à devenir solidaire de l’Amour divin afin de ne pas faire des mots « aimer l’autre » une affaire sentimentale mais de don de soi jusqu’au bout par l’ouverture du coeur qui veut sauver son prochain. Et c’est toute une histoire non un pouvoir sur le temps et les personnes. Agir par amour, ne peut que nous rendre d’abord solidaires de ceux que l’on veut sauver, aider, sortir de la misère par le coeur. La Miséricorde sort l’autre de sa misère par l’amour du coeur qui ne regarde pas la faute commise mais aime en tenant l’autre au bout du pardon qui sauve. La solidarité est un dialogue d’amour qui mène au Salut. Elle n’est pas la Charité, ni la vie fraternelle mais elle y mène comme un escalator, d’un pallier inférieur à un espace plus haut, toujours plus haut, comme si l’on vivait au rez- de –sol. Servir le frère devient alors une histoire d’amour que la solidarité entraîne. La solidarité ne ressemble alors en rien à l’assimilation de la manière de vivre de l’autre, mais elle s’approche de l’autre pour l’écouter, le croire, le comprendre, lui donner, patienter, faire avec le temps qui passe l’histoire d’amour souvent secrète et publique qui au bout du compte ne laisse voir que l’autre sauvé.
L’histoire peut prendre l’ampleur d’un Charles de Foucault, d’un Abbé Pierre, d’une mère Theresa, d’une soeur Emmanuelle. Ces histoires-là, sont le signe visible au monde de toutes celles qui sont cachées, de toutes celles qui ont la beauté du service du frère, du seul homme, de la seule personne que l’on sauve par amour et qui concrétise par notre amour, la Présence du Christ en l’autre, faisant de l’un et de l’autre un frère universel, une étoile qui se lève au ciel de Dieu. « Le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que… le plus grand parmi les hommes».
Lisez, écoutez, regardez, vivez les histoires qui ont rendu notre communauté de paroisses solidaires de nos frères par un amour divin puisé dans le Christ sauveur. Découvrez la Diaconie, le service du frère que Dieu aime par le don, le don, le don. « Deus caritas est », une lettre de Benoît XVI… Lisez-la ! Oui, « Dieu est amour », rien d’autre que l’Evangile. Lisez l’Evangile !


Abbé Daniel Piovesan
Dernière modification du site : 26 septembre 2020
Retour à la page d'accueil